TEST : UNLOCK, JEU A USAGE UNIQUE A SAVOURER AD HOC

Unlock est une boite de jeu contenant trois scénarios à usage unique. On parlera plutôt de deux boites avec Escape et Mystery Adventures. Et bientôt trois en décembre. La formule est à chaque fois la même mais chaque aventure est différente. Un succédané d’Escape Room dans votre salon ? Oui, c’est un peu ça, mais c’est aussi un peu plus.

unlock-focus.png

Et une, et deux, et bientôt trois boites !

Un apprentissage astucieux

Quand on ouvre une boite Unlock on découvre trois paquets de cartes scellés. Chaque paquet correspond à une aventure, avec en bonus un mini scénario qui permet d’apprendre les règles sans lire le livre de règles. Bon, j’exagère un peu et la promesse d’un tutoriel sans passer par la case lecture des règles est trop belle pour être exacte. Mais c’est pourtant le premier pas dans le jeu qui se fait en 10 minutes, le temps de s’échapper d’un bureau et d’apprendre les bases d’Unlock, un jeu qui utilise des cartes mais aussi une application sur votre tablette ou votre mobile.

Unlock-2-Mystery-Adventures-2.jpg

Une boite, trois paquets de cartes et autant de scénarios

Unlock utilise des cartes pour mettre en scène son histoire et ne se limite pas à une seule pièce d’où il faut s’extraire pour faire progresser l’aventure. Si les illustrations sont très soignées, je regrette le format des cartes un poil trop petit. En fait, c’est un débat qui anime notre groupe de jeu. Pour certains c’est une gêne à la lecture, pour d’autres c’est un choix qui oblige à se passer les cartes en main sans pouvoir trop facilement les consulter tous en même temps. Une chose est sûre, au final on se retrouve souvent, et ponctuellement, le nez plongé sur une ou plusieurs cartes sans plus écouter ses amis. Et pourtant, à mon avis, le jeu se savoure uniquement en groupe (c’est parfois obligatoire d’ailleurs). Car si les énigmes sont nombreuses, elles mettent en avant différentes logiques qui surgissent souvent dans la confrontation des points de vue. Et ça, c’est vraiment une superbe expérience.

Un système ingénieux

Pour donner un cadre commun à toutes les aventures (et, mine de rien, nous donner progressivement des clés de compréhension et d’apprentissage), Unlock divise les cartes en plusieurs types et autant de couleurs. Il y a d’abord les cartes rouges et bleues, ce sont des objets et ce sont les seules qui puissent se combiner entre elles. Il y a ensuite les machines, les cartes vertes, elles sont souvent le lieu d’énigmes spécifiques et donnent accès à différents résultats dont des éléments bleus ou rouges modifiés (attention donc à cet aspect énigme à tiroirs). Enfin, les cartes grises regroupent tous les autres types comme les lieux à explorer (enfin à observer) ou encore des résultats que l’on rentre dans l’application du jeu pour déverrouiller les cartes jaunes.

unlock-combinaison.jpg

Tout est affaire de combinaison de cartes. Enfin presque !

Chaque début d’aventure se lance de la même façon, on lit un petit texte d’ambiance puis on retourne la carte qui nous dévoile un lieu illustré. Sur ce lieu on lit également des nombres qui correspondent aux cartes à aller chercher dans le paquet de cartes. Si ces cartes sont numérotées elles sont dans le désordre et c’est normal car cette recherche participe au stress. Une partie d’Unlock est en effet chronométrée sur l’application. Pas de panique cependant, ce compte à rebours n’est utilisé que pour évaluer votre performance finale. En ajoutant une petite musique d’ambiance de bon aloi (lire : un peu stressante) on est vite plongé dans le bain.

Une narration simple mais qui fait la différence

C’est le tour de force de Unlock. Nous faire (un peu) oublier que nous sommes autour d’une table pour nous absorber dans une histoire à tiroirs jalonnée d’énigmes. A moins que ce ne soit une suite d’énigmes liées par une trame narrative sympathique. Loin des ambitions d’un TIME Stories, ici on est dans le jeu plus léger mais pour autant, le résultat final me semble plus adéquat avec la qualité d’écriture. Les trois scénarios de chaque boite proposent une ambiance très différente, il y a un vrai effort de renouvellement et de variété. Notons enfin que chaque scénario est indiqué selon un niveau de difficulté, entre 1 et 3. Si vous êtes bloqués l’application vous permet d’ailleurs d’entrer le numéro d’une carte et de consulter des indices en trois étapes depuis la piste vague jusqu’à la solution.

unlock_guide

J’ai trouvé ce petit graphique sur le net. Histoire de situer chaque scénario les uns par rapport aux autres. 

Autant vous dire que cette indication de difficulté n’est pas superflue. Si le jeu s’apprivoise en 10 minutes, les énigmes proposées font appel à tout l’arsenal cognitif des joueurs. Déduction, calcul, observation ou encore association d’idées et de formes, la liste est longue et loin d’être close. On reste souvent bloqué pendant quelques minutes qui semblent une éternité avec ce satané chronomètre qui défile. Mais régulièrement on parvient à percer un indice et on se sent alors vraiment malin. Oui, le jeu est à la fois frustrant par étapes et gratifiant au final. Chaque fin de scénario procure au final un sentiment vraiment jouissif. Et un bon quart d’heure de discussion, car Unlock est un jeu qui vous raconte une histoire mais qui, par-dessus tout, se raconte ensuite, à chaud. Chacun y allant de sa petite remarque. Autant vous dire que c’est non seulement un jeu pour les gros joueurs mais aussi, ultime tour de force, un jeu suffisamment accessible et fédérateur pour rassembler les non-joueurs.

 Usage unique : c’est là qu’est le couac ?

Malgré ces qualités Unlock se heurte à certaines critiques dont celle récurrente du jeu à usage unique. Unlock vous propose trois parties qui se tiendront en autant de soirées. Mais une fois la boite épuisée, il ne vous reste plus qu’à la stocker dans votre collection ou bien, plus malin, à l’offrir à un proche pour lui montrer que le jeu de société peut être dépoussiéré. Etat quasi neuf garanti pour l’ensemble des cartes du jeu ! Plus sérieusement, l’expérience à usage unique à un coût, c’est une évidence, mais elle apporte un tel plaisir qu’il est difficile d’y voir une faiblesse. C’est plutôt une différence et un point fort. Et puis, pour être honnête avec vous-même, autant ne pas accumuler les clones de jeux au long cours qui s’empilent dans les étagères et sortir un jeu qui dénote à tel point (seul Exit s’en approche) qu’il se doit d’être au moins essayé si l’on ne veut pas passer à côté d’un de mes coups de cœur de l’année. Tout simplement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s