TEST : JACK ET LE HARICOT MAGIQUE

Jack et le haricot magique est un jeu d’adresse et de prise de décisions (une variante pour qualifier les coups fourrés). Il s’appuie, comme tous les autres jeux de la gamme Purple Brain Editions, sur un concept aussi séduisant qu’efficace. Le jeu est ainsi présenté dans une boite en forme de livre, ce qui tombe plutôt bien vu que le conte est lui aussi du voyage, sous la forme d’un jeu, mais aussi en livret indépendant.

Jack-et-le-Haricot-magique_mokup.jpg

Il était une fois…

Dans ce jeu, vous allez revivre les aventures de Jack et escalader le haricot magique qui va pousser sous vos yeux. Grâce à une série de dés que vous allez empiler. Un socle en carton accueille le premier dé du futur haricot grimpant pour assurer un minimum sa stabilité. Le but du jeu est de récupérer un maximum de trésors pendant la partie. Dès l’ouverture de la boite on est conquis par le format à la fois ingénieux et accueillant.

JELHM_materiel.jpg

Le packaging en forme de livre est à lui seul une superbe invitation. Pas de doute, le jeu accroche le regard. Ici les illustrations du talentueux Naïade sont remarquables et participent à la mise en scène de l’histoire. Une mise en scène qui débute donc avec ce socle, un mini plateau que l’on place au centre de l’aire de jeu (je vous conseille de joueur sur une surface parfaitement plane, quitte à vous passer de nappe, surtout les modèles à molleton).

Chacun son tour

Une partie de Jack et le haricot magique oppose entre deux et cinq joueurs. Chaque joueur dispose de trois pions cartonnés « Trésor » et d’un paquet de sept cartes d’initiative. Le Haricot géant sera ainsi constitué des dés qui se superposent en équilibre mais aussi de deux cylindres (en bois) sans oublier les pions plats en carton « Trésor » à poser pendant votre tour.

Au premier tour, chaque joueur pioche au hasard trois cartes dans son paquet. On choisit en secret l’une des cartes et on les révèle tous ensemble. Le tour de jeu se déroule dans l’ordre, de la plus petite à la plus grande valeur d’initiative (le gros chiffre de 1 à 7 inscrit en haut de la carte). En cas d’égalité il y a un jeton premier joueur pour départager. Chaque carte indique ensuite deux chiffres suivis du picto dé vert. Il s’agit du nombre de dés que l’on va choisir de lancer, entre un et trois.

Plein les poches

Les faces du dé sont réparties comme suit : deux « Trésor », deux « œil », un « Tronc » et un « dé supplémentaire ». On applique l’effet de chaque face sauf dans le cas de l’œil qui s’active quand il y en a deux. Le géant vous a repéré et vous devez alors défausser les autres dés et placer sur le haricot les deux dés « œil ». La face « Tronc » vous impose de poser l’un des deux pions troncs et la face « dé supplémentaire » vous propose lancer (ou non) un dé en plus. Une option à saisir avec précaution selon l’état du haricot.

Vous vous en doutez, les faces que l’on recherche sont les « trésor ». Quand on obtient une face « trésor » on doit poser le dé puis le pion carton sur le haricot magique. L’effet est vraiment réussi et rapidement on a sous les yeux un haricot qui traverse de petits nuages et qui pousse vers le ciel (ou plutôt le château du géant). On pioche une carte « Trésor » à chaque fois que l’on parvient à poser un pion idoine. On en récupère aussi un quand le haricot s’effondre, pour chaque pion trésor présent. Le joueur responsable de la chute n’y gagne rien. D’où l’intérêt de ne pas forcément jouer un maximum de dé et de ne pas forcément commencer. Bref le jeu est plus riche qu’un simple exercice d’adresse et marche très bien avec des joueurs expérimentés à la recherche d’un jeu léger.

Le château dans le ciel

Le château peut être atteint de plusieurs façon. Pour faire simple, à chaque fois que vous devez faire une action mais que le matériel (trésor, tronc, dé) est épuisé vous devez poser le château. Une fois le château posé on reprend tous les dés et pions pour repartir sur un nouveau haricot. Il est probable que selon les joueurs vous ne poserez que rarement le château. Surtout que, une fois par partie, vous pouvez couper le tronc avec une hache carton que vous allez lancer. Moment fun garanti qui a évidemment les faveurs des plus jeunes.

C’est l’une des grandes forces de Jack et le haricot magique, proposer deux niveaux de jeu et contenter aussi bien les enfants que les adultes. On peut en effet jouer avec une deuxième couche de complexité, chaque carte d’initiative proposant un pouvoir spécial. Avec sept dessins présents et autant d’options le jeu ne devient pas plus complexe mais offre plus de prise de décision. Les parties sont rapides (environ 20 minutes) et malgré une grande dose de hasard (les cartes trésors sont de valeurs variables) il y a un vrai contrôle sur le jeu. Une très belle réussite, l’un de ces rares jeux où petits et grands s’amusent en même temps.

JELHM_dos.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s