TEST : LES CITES DE SPLENDOR

Premier jeu édité par les Space Cowboys, Splendor est devenu plus qu’un jeu. Depuis sa sortie il connait un énorme succès commercial. Avec le temps ce succès ne faiblit pas et les critiques positives s’accumulent. C’est donc un ambassadeur du jeu de plateau mais aussi le symbole d’une réussite pour son studio. Tous les voyants sont au vert et c’est l’heure de la sortie de la première extension. Ou plutôt des quatre premières car dans la Boîte des Cités de Splendor vous trouverez quatre nouveaux modes qui transforment le jeu. Exercice périlleux que celui d’enrichir une formule qui brille par sa simplicité.

Lentement mais sûrement

Splendor doit une partie de son succès à son (apparente) simplicité et à un format de partie très rapide. Plus de trois ans se sont écoulés depuis la sortie du jeu. On pourrait dire que les Space Cowboys sont un peu vieux et qu’ils ne travaillent pas très vite. Blague à part, on pourrait surtout y voir une volonté de toujours lancer des jeux parfaitement playtestés avant leur sortie. Une phase d’autant plus importante que Splendor reste l’archétype du jeu « facile à apprendre, difficile à maîtriser ».

01.jpg

Petit rappel pour les deux du fond qui vivaient dans une caverne depuis deux ans. Dans Splendor le joueur incarne un marchand de la Renaissance qui va acheter des mines, affréter des convois et payer des artisans pour fabriquer des bijoux. Grâce à ces bijoux, il pourra gagner l’attention des nobles. Et gagner des points de prestige. Toutes ces actions sont en fait retranscrites par l’achat de cartes disposées sur la table de jeu. Splendor reste un jeu abstrait mais la qualité des illustrations et du matériel pose malgré tout une ambiance appréciable.

Les quatre fantastiques

Les Cités de Splendor regroupe non pas une mais bien quatre extensions pour le jeu de base. Le parti pris se comprend car, avant de les détailler, soulignons qu’elles sont toutes à l’image du jeu, à la fois riche mais aussi très simples d’accès. Mieux, elles jouent toutes sur un aspect du jeu ce qui permet d’orienter le renouveau en direction de ce que vous aimez particulièrement dans Splendor. D’une manière assez schématique je les classe sous deux familles, celles qui accélèrent le jeu et celles qui le densifient.

01

Le matériel est une nouvelle fois de qualité avec des cartes de jeu superbement illustrées et de nouvelles fiches cartonnées (cité et comptoirs) au diapason. Tout cela reste bien dans le thème historique (les vues des cités sont particulièrement réussies) même si un esprit chagrin pourrait regretter que le carton remplace le plastique pour les différents pions. Pas de jeton en plastique donc mais des blasons et un pion premier joueur en carton ainsi que des bastions, cette fois-ci en plastique.

 

Cités & Comptoirs, un rythme parfois plus rapide

On débute avec Les Cités, l’extension qui donne son nom à la boite. C’est sans doute celle qui modifie le moins le jeu dans ses mécaniques. Mais pour autant, et c’est un petit tour de force, elle casse beaucoup de réflexes pour les vétérans du jeu. On remplace les Nobles par les Cités. On les obtient de la même manière que les Nobles. En revanche, non seulement ces cités ne vous apportent pas de Points de Prestige mais, en plus, leur acquisition siffle la fin de la partie. Pour les acquérir il faudra souvent accumuler un certain nombre de Points de Prestige et un certain nombre de bonus de couleurs. Selon les Cités présentes la partie peut donc varier en durée mais surtout leur obtention impose une tactique de progression un peu différente dans vos choix de cartes.

cites

Les Comptoirs se matérialisent par l’ajout d’un encart entre les cartes et les Nobles. Ils sont au nombre de cinq. Chaque comptoir permet d’obtenir un modificateur pendant la partie. Une fois les conditions requises on place l’un des blasons sur l’emplacement prévu. Les trois premiers permettent d’accélérer vos futurs achats alors que les deux derniers rapportent des Points de Prestige. Un effet en cascade qui bouscule pas mal le rythme du jeu. On se trouve ainsi face à des combinaisons qui permettent à un joueur de finir en laissant les autres loin derrière si on ne prend pas la peine de se surveiller.

comptoirs

Orient et Bastions, une durée souvent allongée

Réserver une carte est souvent une action qui permet de « casser » la stratégie d’un adversaire. Avec les Bastions on dispose de trois pions bâtiments qui ajoutent une action obligatoire lors de l’achat d’une carte. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle option d’action dans le tour du joueur. On peut ainsi placer ou déplacer un de ses bastions ou retirer le bastion d’un autre joueur. Un bastion sur une carte vous permet d’avoir l’exclusivité sur son achat et sa réservation. Trois bastions et c’est l’achat gratuit. Il va donc falloir être particulièrement vigilant sur les mouvements des autres joueurs. Plus calculatoire que jamais ce mode enrichit le jeu, ajoute une action et, fatalement, allonge aussi la durée d’une partie.

L’Orient enfin ajoute deux nouvelles cartes pour chacun des trois niveaux. Un élargissement de la rivière qui est accompagné par l’arrivée de nouveaux effets sur les cartes. Voici quelques exemples. Au niveau 1 on découvre ainsi une carte à usage unique qui donne deux pions or. Au niveau 2 on peut désormais réserver un Noble avec la carte adéquate et au niveau 3 vous avez des cartes qui s’achètent en défaussant des cartes de bonus déjà acquises. En général cela permet de changer de types de ressources en fin de jeu. Là encore cette richesse augmente légèrement la durée d’une partie les nouvelles cartes apportant du renouveau dans les mécaniques d’achat.

orient-big

C’est différent mais c’est pareil

Ces quatre extensions sont donc à l’image du jeu de base. On les apprend en cinq minutes mais leur maitrise demande du temps (et beaucoup de calculs). La simplicité de Splendor n’est jamais remise en cause même si dans le cas d’Orient et Bastions les formules allongent un peu le jeu. Dans le cas des Comptoirs, c’est l’inverse puisque l’ajout de bonus supplémentaires accélèrent grandement le rythme de la course aux points de Prestige. Vous l’aurez compris, cette extension très soignée se destine donc avant tout à ceux qui ont déjà beaucoup joué à Splendor et qui, tout en conservant les mêmes mécaniques, vont trouver ici des nouveautés qui vont renouveler leurs parties.

Box_Cover_front_Les_cites_de_splendor.png

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s