ITW : MYTHIC GAMES NOUS DIT TOUT SUR JOAN OF ARC

500 signes : Bonjour Léo et merci de prendre un peu de temps pour répondre à mes questions.

Léo : Bonjour François et 500 signes ! Avec plaisir.

500 signes : Time of Legends: Joan of Arc se lance le 10 octobre sur Kickstarter. Comment se passe cette dernière semaine avant le grand saut ? 

Léo : C’est l’effervescence ! Nous faisons plusieurs choses en même temps et recevons encore plus de messages que d’habitude. On a peur d’oublier un truc, de ne pas être prêts ! En plus, nous n’avons pas voulu interrompre le Tour of Legends (nos démos en France et en Belgique), et ça devient de plus en plus difficile de répondre à toutes les demandes qu’on reçoit. Au moment où je t’écris, nous nous apprêtons Benoît et moi à partir chez Beasts of War, pour tourner de nouvelles vidéos, et notamment un scénario à trois joueurs et un scénario mettant en scène Jeanne d’Arc (enfin !). En même temps, il y a une grande excitation à l’approche du jour J. Nous sommes impatients de voir comment les gens vont réagir, et très fiers des derniers visuels qui nous parviennent, nos graphistes ont fait du super boulot.

500 signes : Vous êtes désormais une équipe complète à plein temps autour du jeu.

Léo : Oui, nous nous sommes considérablement renforcés. Nous sommes désormais une grosse équipe avec des postes bien définis, et nous avons pu compter sur la fantastique dévotion de nos ambassadeurs en France, en Belgique, en Angleterre et même aux USA. C’est ce qui a nous a permis de faire la promo et la préparation du Kickstarter en deux fois moins de temps que pour Mythic Battles: Pantheon. Le succès que nous espérons pour Time of Legends: Joan of Arc nous permettra d’embaucher, pour être encore plus efficaces.

500 signes : Si tu devais faire le pitch du jeu à quelqu’un qui n’en a pas encore entendu parler ?

Léo : Joan of Arc est un jeu de plateau narratif avec figurines, qui vous plonge dans la Guerre de Cent Ans, un univers médiéval où les rois complotent pour le trône de France, où les chevaliers s’affrontent sur les champs de bataille, et où les créatures ne sont pas que légendaires mais bien réelles. C’est un jeu à scénarios, de 2 à 4 joueurs, d’une durée moyenne d’environ 1 heure. Ces scénarios peuvent aussi bien être une aventure ou une enquête mettant en scène un petit nombre de personnages, qu’un scénario de bataille impliquant des dizaines de figurines. L’échelle du jeu, la Legendary Scale, plus petite que ce qui se fait habituellement, nous permet d’inclure dans la boîte de base un grand nombre de bâtiments et éléments de décors 3D et surtout, de jouer sur les différences de taille : nos monstres seront pour certains absolument gigantesques, et la comparaison avec les humains sera spectaculaire. D’ailleurs, il suffit de voir notre Dragon et de le mettre à côté d’une maison ou d’un humain pour comprendre ce que je veux dire par « spectaculaire » ! 🙂

Joan Of Arc - Partie sur table (2)

500 signes : La promotion du jeu a été lancée longtemps en amont. Surtout, vous êtes allés une nouvelle fois à la rencontre des joueurs. Pour Mythic Games, c’est important de faire essayer le jeu avant de lancer le Kickstarter ?

Léo : C’est fondamental. Sur Kickstarter, on vend un projet en devenir. Les passionnés vont investir beaucoup d’argent, tout se joue sur la confiance et nous tenons à gagner la confiance des gens. On peut facilement voir si un jeu est beau, et notre jeu le sera : nous avons des artistes et des sculpteurs extraordinaires, de renommée mondiale. Mais le seul moyen d’assurer aux gens que le jeu sera bon est de le leur montrer, de le leur faire essayer. Si je parlais plus haut d’une réduction du temps de promotion et de préparation du Kickstarter, nous ne réduisons en revanche pas du tout le temps de développement du système de jeu. Celui de Time of Legends: Joan of Arc a pris plus de deux ans à son auteur, Pascal Bernard. Dès que les premiers scénarios sont prêts, nous les faisons essayer publiquement, pour voir si les gens accrochent, pour peaufiner l’équilibre du scénario ou certaines mécaniques et consigner tout le feedback. Grâce à notre équipe d’une quinzaine d’ambassadeurs, nous avons pu organiser plus de 40 étapes du Tour of Legends, ce qui est énorme ! Peu d’éditeurs sur Kickstarter mènent des campagnes de démos publiques d’une telle envergure, il n’y a à ma connaissance que Monolith et Mythic Games.

500 signes : Du coup, on ne se rend pas forcément compte de l’ampleur et des moyens mis en œuvre pour faire un jeu de cet envergure. Combien de personnes se sont investies autour de ce projet ? Depuis l’auteur jusqu’aux démonstrateurs  😉

Léo : Grosse équipe, en effet ! L’auteur, Pascal Bernard, a travaillé avec plusieurs scénaristes (Patrick Receveur, Philippe Villé, Ben & Peps). On compte six illustrateurs, cinq sculpteurs, deux graphistes, un community manager et un porte-parole (votre serviteur !). Sans oublier la fabrication, la peinture, les vidéos, le marketing, et la quinzaine d’ambassadeurs qui ont fait essayer le jeu dans le monde entier. Entre l’équipe interne, les externes, les artistes et les volontaires, on doit approcher la soixantaine de personnes à avoir participé à l’aventure Joan of Arc.

500 signes : Pour revenir sur le jeu lui-même, j’ai cru comprendre que le projet initial n’intégrait pas la dimension fantastique et se résumait à l’aspect historique de la période. À quel moment la bascule s’est-elle opérée ? 

Léo : Effectivement, au tout départ, Pascal Bernard, l’auteur, partait sur un jeu plus spécifiquement historique. Il faut savoir que Pascal est un spécialiste de cette période, et son premier jeu, Montjoie !, traitait déjà de la Guerre de Cent Ans. C’est pratiquement le projet d’une vie ! La première fois qu’on a parlé du projet, Pascal réfléchissait à une sorte de version moderne de Cry Havoc. Quand il m’a montré son premier prototype, je l’ai tout de suite convaincu de remplacer ses pions par des petites figurines. Et très vite, lors des discussions qui ont suivi et dès lors que Mythic Games était décidé à éditer ce jeu, nous avons cherché à intégrer une sorte de « fantastique » dans l’univers, pour pouvoir toucher une cible plus large. Pascal ne voulait pas faire de l’heroic fantasy de base, et la très bonne idée a été de se dire qu’on se concentrerait exclusivement sur les créatures auxquelles les gens croyaient à cette époque, celles qu’ils représentaient dans les tapisseries médiévales, dans les livres, dans la Bible ou l’Apocalypse de Saint Jean. Ainsi, on tenait un univers cohérent, qui nous permettrait d’intégrer une sorte de fantastique mythique, apprécié des joueurs de figurines, tout en pouvant conserver l’aspect historique, et notamment les grandes batailles qui ne se joueront pas forcément avec les monstres. Mais même là, il faut savoir que l’emblème du roi Charles VII (suzerain de Jeanne d’Arc) est un dragon combattu par Saint Michel ! On est bien dans le thème. Ainsi, nos scénarios fantastiques ont une base historique, car on reprend des témoignages écrits de l’époque, comme par exemple le scénario que nous avons le plus proposé en démonstration, La Croix du Loup Pendu, qui raconte une histoire de chasse au loup garou tout à fait authentique (même si on se doute que le pauvre hère qui s’est retrouvé pendu ne se transformait pas forcément en loup les jours de pleine lune).

500 signes : Le choix du 15mm est audacieux et j’avoue que dès son annonce, je me suis dit : « voilà un KS à suivre car il tente quelque chose de différent ». Ce choix à bien sûr des avantages que je te laisse énumérer.

Léo : Joan of Arc utilise en effet une échelle différente de ce qui est généralement proposé sur Kickstarter, on l’a appelée la Legendary Scale. Cette échelle, plus petite mais néanmoins extrêmement précise et détaillée, offre de nombreux avantages :

  • On peut jouer sur une table de taille normale et avoir pourtant une grande surface à parcourir et une grande variété de terrains;
  • On peut jouer, si on le souhaite, avec un très grand nombre de figurines de chaque côté;
  • On peut inclure des bâtiments en 3D complets et nombreux dans la boîte de base : église, maisons, chaumières, ponts, arbres, rochers, ruines, etc.
  • On peut jouer de manière spectaculaire sur les différences de taille entre humains et créatures. Nos géants et nos monstres sont vraiment énormes… Et notre dragon a vraiment la taille que ce monstre de légende devrait avoir.

500 signes : Mais en contre-partie, en faisant du 15mm vous ne serez pas compatibles avec d’autres gammes de figurines. J’en parle parce que beaucoup de joueurs de JDR ou de figurines aiment bien acheter du Kilo de Plastique pour compléter leurs jeux favoris. 

Léo : Nous préférons offrir du « Kilo Game Play » !! Chaque figurine (ou groupe de figurines) qui sera proposé en Stretch Goal ou en Optional Buy, apportera son propre Gameplay. Au minimum dans le mode bataille libre, où l’on construit son armée en cherchant les meilleures combinaisons d’unités avant d’affronter une ou plusieurs armées adverses (Français, Anglais, Armée du Bien, Armée du Mal, et peut-être d’autres !).La compatibilité peut se faire chez les joueurs de figurines historiques, qui auront de très belles figurines, on pense qu’elles feront partie des plus belles jamais produites à cette échelle, mais aussi de décors très recherchés et souvent très chers. Un château complet avec tous les engins de siège, ça ne se trouve pas facilement et c’est souvent coûteux. Et puis, nos grosses figurines, comme nos dragons (notez bien le pluriel !) ou d’autres monstres énormes, seront tellement grands qu’on pourra les jouer en 28/34mm. Quant aux rôlistes, préparez-vous à une belle surprise. Oui, il y aura certainement un jeu de rôle, mais attendez de voir ce qu’on va vous proposer, et notamment avec les figurines. ;)De toute façon, nous ne cherchons pas à ce que les gens achètent nos figurines pour en faire des proxies. Nous voulons qu’ils achètent un jeu pour y jouer. Bien sûr, certains le feront, il y a aussi les peintres qui voudront se faire plaisir. Mais notre but, c’est de proposer un jeu complet qui fasse rêver les gens.

500 signes : Avec Mythic Battles: Pantheon, vous aviez fait appel à de nombreux illustrateurs connus et reconnus, j’ai l’impression qu’avec Time of Legends : Joan of Arc, vous avez été dénicher du sang neuf ?

Léo : Ce qui donne cette impression, c’est que l’illustrateur principal, Bayard Wu, n’avait encore jamais rien proposé sur Kickstarter. Pourtant, c’est loin d’être un novice, puisqu’il a illustré des couvertures pour Warhammer Age of Sigmar et plusieurs jeux vidéo sous licence Games Workshop, mais il a aussi travaillé pour Blizzard (World of Warcraft), Wizards of the Coast (Magic: The Gathering) ou encore Bethesda (Fallout 4). Mais il faut reconnaître que son style apporte du sang neuf à un paysage Kickstarter qui a parfois tendance à recycler les mêmes artistes. Nous avons aussi fait appel à l’excellent Nicolas Jamme pour les illustrations les plus historiques dans un style quasi « Osprey ». Mais nous avons aussi fait appel à beaucoup des incroyables illustrateurs déjà utilisés sur Mythic Battles: Pantheon : Stefan Kopinski, Stéphane Gantiez, David Demaret ou encore Carl Art pour nos tuiles.

500 signes : Pour la sculpture par contre, sauf erreur de ma part (et à l’exception du Dragon sculpté par Arnaud Boudoiron), vous n’avez pas trop parlé des gens qui sont derrière. 

Léo : On ne veut pas se les faire piquer ! Lol !!! Mais autant profiter de cette interview pour leur rendre l’hommage qu’ils méritent. Et je peux te rassurer, ce sont tous des sculpteurs de classe mondiale. On ne présente plus Arnaud Boudoiron, sculpteur exceptionnel à qui l’on doit le Dragon, mais aussi… une surprise. Chut, vous verrez ! Pour ce projet, nous avons préféré limiter le nombre de sculpteurs pour conserver la plus grande cohérence visuelle possible. Ainsi, tous nos soldats, nos héros, toutes les figurines humaines, sont sculptées par le fantastique Irek Zielinski, sculpteur polonais très expérimenté (Prodoss, Privateer Press, Games Workshop, Monolith) qui avait déjà travaillé avec nous sur Mythic Battles: Pantheon. La plupart de nos monstres, animaux et grosses créatures, ont été sculptées par Olivier Thill, maître absolu de Z-Brush, qui s’en servait auparavant pour ses bandes dessinées, publiées chez Soleil. Grégory Clavillier, avec qui nous avions déjà travaillé sur Conan, a sculpté nos décors 3D. Nous avons même confié certaines petites sculptures (petits éléments de décors 3D) à nos stagiaires de l’école Supinfogame, comme Léa Lescuyer, qui a fait un super boulot. Tout le monde, sans exception, a travaillé avec passion sur ce projet.

DRAGON-C0000

500 signes : C’est la dernière ligne droite pour convaincre. Time of Legends : Joan of Arc est un jeu de plateau avec figurines. Une fois qu’on a dit ça, qu’est-ce qui le démarque vraiment des autres productions ? Si tu ne devais citer que trois points forts.

Léo :

  • son gameplay, qui permet aussi bien de jouer des enquêtes très narratives avec peu de figurines à déplacer que des grosses batailles impliquant plusieurs dizaines d’unités, tout cela avec le même système de jeu qu’on peut apprendre en 10 minutes;
  • son univers, qui n’est pas un énième jeu med fan pouvant partir dans tous les sens, mais un contexte médiéval qui nous parle, qui résonne en nous car il fait appel à notre histoire et notre culture;
  • son échelle, qui le distingue de 99% des autres projets de jeu de plateau avec figurines proposés sur Kickstarter et permet de jouer des parties de très grande envergure sur une table de taille normale.

500 signes : Merci encore d’avoir accepté de répondre à mes questions. Je te laisse le mot de la fin !

Léo : Merci à 500 signes, merci à vous qui avez pris le temps de lire cette longue interview. J’espère vous retrouver durant la campagne qui sera très interactive, sur le modèle de celle de Mythic Battles: Pantheon, avec des Leo Live, bien sûr, mais aussi beaucoup de surprises, croyez-moi. Nous serons à votre écoute !

Times of Legend: Joan of Arc se lance sur Kickstarter le 10 octobre. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s